AMBACAM BANGUI

 

 

 

 

DISCOURS DE S.E.M. NICOLAS NZOYOUM,

 

AMBASSADEUR DE LA REPUBLIQUE DU CAMEROUN

EN REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE.

 

 

 

A L’ OCCASION DE LA CELEBRATION DE LA 47ème EDITION DE LA FETE DE L’ETAT UNITAIRE DU CAMEROUN

 

 

 

 

 

 

 

 

BANGUI,  20 MAI 2019


 

Excellence Professeur Faustin Archange TOUADERA, Président de la République Centrafricaine, Chef de l’Etat,

Honorable Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,

Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement,

Madame et Messieurs les Présidents des Institutions Républicaines

Excellence Madame la Ministre des Affaires Etrangères et des Centrafricains de l’Etranger,

Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement,

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, Chefs de Missions diplomatiques et Consulaires et des Organisations Internationales

Monsieur le Président de la Délégation Spéciale de la ville de Bangui,

Distingués invités, en vos rangs et qualités,

Mesdames et Messieurs,

Chers compatriotes ; 

BARA ALA KOUE

Excellence M. le Président, MBI BARA ALA

 

Permettez-moi tout d’abord, de souhaiter à chacune et à chacun d’entre vous, une chaleureuse bienvenue ici, dans l’enceinte de la Résidence du Cameroun en RCA, à l’occasion de la  célébration de la 47ème édition de l’avènement de l’Etat unitaire du Cameroun.

 

Je saisis cette opportunité toute particulière pour vous exprimer, au nom de toute la communauté camerounaise de Centrafrique, ma gratitude, ma reconnaissance à vous tous qui avez décidé d’honorer de votre présence la célébration de cet événement unique de l’histoire de notre pays.

 

En effet, l’avènement de l’Etat Unitaire, expression indubitable de la profonde volonté des peuples riverains du Moungo, autrefois unis et séparés ensuite par les développements de l’histoire des relations internationales, s’est traduite dans les faits par la vision et l’élan héroïque mais surtout patriotique d’illustres hommes et femmes d’Etat résolument engagés à réunifier les "Western Cameroon" et le Cameroun oriental.

 

La spécificité de l’Unité d’une nation aux caractéristiques culturelles politiques et confessionnelles essentiellement marquées  par la diversité est justement le défi que le peuple camerounais s’atèle à relever depuis plus de 47ème années à travers l’édification d’une Nation une et indivisible, théâtre de la mise en symbiose, des spécificités sus mentionnées sur les idéaux d’unité et de communauté de destin.

 

Comme nous l’évoquions encore  à  juste titre l’année dernière, l’irruption et la persistance ces dernières années de sérieuses menaces d’ordre économique, politique mais surtout sécuritaire  à l’unité et de l’indivisibilité de mon pays n’a pas altéré la détermination inégalée du peuple camerounais sous la sage conduite de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République,  à  préserver ce socle inaltérable que constitue le large consensus à garder jalousement et plus que par le passé les acquis singuliers qui font du Cameroun "l’Afrique en miniature".

C’est d’ailleurs sur le fondement de ces particularités géographique, historique, économique, sociopolitique et même psychologique que les camerounaises et les camerounais entendent unir leur forces pour hisser l’ancien ‘’ Kamerun allemand’’, ‘’Cameroun Oriental’’ et ‘’Cameroun Occidental’’ au rang respecté de pays émergent à  l’horizon 2035.

 

Cette profonde conviction trouve son illustration dans le thème retenue pour la célébration de l’événement qui nous réunit à savoir :

 

"Unity in diversity A major Asset of the Cameroonian People in their Determined move towards emergence"

 

en français "Unité dans la diversité, atout majeur du people camerounais dans sa marche résolue vers l’émergence"

 

Excellence Monsieur le Président de la République,

Excellences,

Mesdames et Messieurs.

 

La nation camerounaise fait face, à l’image de plusieurs pays dans le monde et en Afrique en particulier à des turbulences à échelles variées qui tentent de remettre considérablement en cause son unité, et même l’intangibilité de ses frontières. Les attaques de la secte terroriste Boko Haram dans l’Extrême Nord, la crise née des contestations et revendications dans les régions du Nord Ouest et du Sud Ouest ainsi que les menaces enregistrées à notre frontière orientale avec la RCA interpellent voire forcent la réflexion et l’action au sujet du renforcement des piliers sur lesquelles notre Nation fonde sa solidité et sa richesse.

 

Après plusieurs approches et mesures du Gouvernement de la République visant à désamorcer ce qui apparait depuis la fin du ‘’maquis’’ dans la fin des années 1950s comme la véritable menace d’envergure à l’indivisibilité de la Nation, l’on est malheureusement amené à constater que certains compatriotes, aux mobiles difficiles à cerner ont choisi de ramer à contre courant, donnant l’impression d’être au service d’un courant de déstabilisateurs déterminés à mettre à mal la cohésion sociale, le vivre ensemble et la paix légendaire qui a toujours été le socle de la stabilité de notre pays .

 

Sinon comment interpréter et comprendre qu’en dépit des reformes profondes d’ordre institutionnelles et politiques prises (création de la Commission Nationale pour le Bilinguisme et le Multiculturalisme, création du Comité chargé  du Désarmement et de la Réintégration des ex miliciens des groupes armés, accélération du processus de décentralisation par le gouvernement, main demeurée tendue du Chef de l’Etat ‘‘mendiant de la paix’’ aux leaders du mouvements sécessionnistes, interruption des poursuites judiciaires engagées à l’encontre de plus d’une centaine de personnes impliquées dans les massacres de populations, d’agents publics, et dans l’incendie de plusieurs édifices publics.

C’est ici l’occasion pour moi de remercier les pays frères et amis qui, dans ce contexte trouble soutiennent le Cameroun pour le renforcement de ses capacités et pour préserver son intégrité territoriale à travers notamment la lutte contre le terrorisme.

 

En ce qui concerne les autorités nationales,  et notamment le Président Paul BIYA, qui a toujours œuvré pour l’apaisement et de la réconciliation nationale, il a d’ores et déjà instruit la tenue d’un dialogue entre les filles et les fils du terroir en vue d’une solution durable à la difficile situation qui prévaut en ce moment.

 

Face à ces efforts inlassables de l’Etat du Cameroun, il est étonnant de voir qu’une certaine opinion nationale et internationale choisit de ne pas en faire cas et continue de porter au contraire de graves accusations contre les forces de sécurité et de défense au professionnalisme reconnu.

 

Heureusement, une fois encore et devant l’histoire, le peuple camerounais mobilisé comme un seul homme du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, est resté uni dans l’élan de solidarité et de générosité spontanément manifesté dans le cadre du Plan d’Assistance Humanitaire d’urgence mis sur pied à l’effet d’apporter l’appui et le réconfort matériel et humain de premier ordre aux populations meurtries et déplacées des régions concernées.

 

Bien plus, l’accueil et l’encadrement réservés à ces familles déplacées dans les villes et villages réputées francophones tout comme la condamnation quasi générale des manœuvres extérieures de déstabilisation ci-dessus évoquées, la préférence quasi unanime d’une résolution par les camerounais eux-mêmes de la crise,  traduisent s’il en est encore besoin, de l’attachement du peuple camerounais à la préservation et la capitalisation de son unité et de sa diversité. Ces déplacés internes reçoivent un encadrement convenable tout comme les refugiés du Nigéria et de la RCA continuent de recevoir les mêmes attentions dans notre pays en dépit de cette situation qu’il traverse lui-même.

 

C’est donc en toute confiance que le peuple camerounais uni entend en cette mémorable circonstance poursuivre le laborieux mais exaltant chantier qui mène à l’émergence en 2035, stature qui lui permettra, j’en suis persuadé,  de manière encore plus efficace à œuvrer à l’édification d’une sous région d’Afrique centrale plus ouverte et prospère.

 

Excellence Monsieur le Président de la République,

Excellences,

Mesdames et Messieurs,

 

C’est, conscient de l’atout indéniable que constitue l’unité dans la diversité pour le processus de construction des Etats Africains, que le Cameroun a de tous temps apporté ,dans la mesure du possible, son concours nécessaire à la préservation de l’unité et de l’indivisibilité des pays amis, conformément aux principes du respect de l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation ainsi que de la non-ingérence dans les affaires intérieures des Etats tels que prescrits par l’Union Africaine.

Le Gouvernement camerounais ne ménagera aucun effort à poursuivre sa politique d’accompagnement et de soutien tant sur le plan bilatéral que multilatéral aux pays frères qui traversent à l’instar de la République Centrafricaine voisine des situations de crises sociopolitiques et militaires menaçant gravement la paix, la stabilité ainsi que leur souveraineté.

 

Mon pays se réjouit particulièrement cette année des évolutions tant bilatérales que multilatérales ayant permis d’enregistrer des avancées significatives dans le nécessaire et délicat processus de stabilisation et de retour à la paix en République centrafricaine.

 

Le Cameroun se félicite tout particulièrement de l’intensification, de la redynamisation des échanges et de sa coopération en général avec la RCA notamment avec les visites et consultations permanentes qui ont eu lieu entre responsables ministériels à divers niveaux dans le souci d’instaurer ou de parfaire leurs dispositifs communs de réponse ou de gestion des volets particuliers de ladite coopération en vue d’améliorer les conditions de vie de nos populations respectives.

 

Ainsi en est-il par exemple des rencontres entre les Ministres en charge de la Défense et de la Sécurité publique de nos deux pays, de la visite effectuée par Madame la Ministre de la Défense nationale et de la Reconstruction de l’Armée en Aout 2018 à Garoua Bouaye ainsi que celles effectuées au cours de la même année par les ministres camerounais de la Défense et des Relations Extérieures. je rappelle également la visite du Ministre Délégué à la Défense du Cameroun qui a passé le dernier réveillon de noël avec le contingent camerounais de la MINUSCA à Bangassou et le premier jour de l’an deux mil dix neuf avec la FPU2 CAM à Bangui.

 

Il ya également lieu de relever l’évolution positive du dossier de l’interconnexion en courant électrique entre les localités camerounaise et centrafricaine de Garoua Boulaye et de Beloko, du projet d’interconnexion de la fibre optique, aspects qui viennent se greffer à ceux plus classiques dans le domaine de la facilitation des opérations de transit des marchandises à partir des Ports du Cameroun (Port Autonome de Douala et Port Autonome de Kribi) ainsi que ceux relatifs au renforcement  des échanges commerciaux et des capacités de plusieurs cadres centrafricains dans divers secteurs d’activités.

 

C’est ici le lieu de vous adresser à vous même,  Monsieur le Président de la République,  ainsi qu’ à l’ensemble de votre gouvernement, les remerciements et les appréciations du peuple et du Gouvernement camerounais pour la tenue à BANGUI du 06 au 07 mai 2019, de la XIIème Session de la Grande Commission Mixte de Coopération bilatérale entre nos pays. Permettez moi M. le Président de la République de m’appesantir sur les ambitieuses conclusions de cette commission mixte qui interpellent les deux pays et les engagent dans le vaste chantier de la mise en œuvre qui est d’ores et déjà ouvert. Je vous serai infiniment reconnaissant Excellence d’engager le Gouvernement à l’exploitation de ces différents projets prioritaires que nos deux pays viennent d’identifier.

 

En effet, au regard de la richesse et de la portée des sujets juridiques, politiques, économiques culturels et techniques examinés au cours desdits travaux, il ressort que le Cameroun et la République centrafricain viennent d’ouvrir une page décisive de leurs relations et devraient plus que par le passé œuvrer d’arrache pied à les intensifier et à les capitaliser conformément aux recommandations et directives de la Communauté Economique et Monétaire des Etats de l’Afrique Centrale (CEMAC), ainsi qu’à celles de la CEEAC et l’Union Africaine notamment, les innombrables atouts humains, naturels, économiques et sociaux dont regorgent nos deux pays.

 

Je ne serai pas complet si j’occulte l’évolution positive de la situation socio politique et sécuritaire en République Centrafricaine, notamment le processus qui a conduit à la tenue des négociations de Khartoum au Soudan et à la signature subséquente le 06 février 2019 de l’Accord politique de Bangui. Accord qui traduit non seulement votre sens élevé de l’amour de votre patrie, Monsieur le Président, mais également le désir des centrafricains de tous bords de transformer leur diversité culturelle, géographique et confessionnelle en un formidable levier d’unité, de paix et de prospérité, tournant ainsi le dos à la guerre et à ses misères. Ces populations sont évidements à féliciter, de même que les responsables des groupes armés qui ont souscrit à cette démarche.

 

Qu’il me soit permis d’adresser humblement nos remerciements à tous les acteurs et partenaires nationaux et internationaux qui ont investi de leur temps et de leurs moyens pour contribuer à la signature de cet accord historique pour lequel mon pays a participé tant au niveau du Panel de l’Union Africaine que dans le processus actuel de mise en œuvre des engagements conclus. A ce sujet précis, le Cameroun, membre du Comité Exécutif de Suivi, en ce qui le concerne, comme lors de tous les grands moments de l’histoire de ce pays, ne ménagera aucun effort pour appuyer la mise en œuvre effective de cet accord de paix. C’est dans cet ordre d’idées d’ailleurs que mon pays apportera sa contribution matérielle et financière dans le cadre de la mise en œuvre de cet Accord de paix du 06 février 2019.

 

Le retour de la paix et de la quiétude dans les villes et villages centrafricains constitueront à n’en point douter un facteur positif de relance des multiples projets intégrateurs initiés sur les plans-directeurs sous-régionaux de la CEMAC et de la CEEAC, susceptibles de booster les économies nationales restées peu compétitives et d’améliorer le vécu quotidien ainsi que le bien-être de nos populations. C’est pourquoi, eu égard à ce qui précède, mon pays joint sa voix à celle du Gouvernement pour demander aux ex-groupes armés de saisir cette opportunité que leur offre cet accord et de respecter leurs engagements afin d’entrer par la grande porte dans l’histoire de la reconstruction de ce pays qui leur tend les bras.

 

Excellence Monsieur le Président de la République,

Excellences,

Distingués invités,

 

C’est sur cette exhortation et cette lueur d’espoir  qui s’éclaircit de jour en jour en vue d’un retour définitif de la paix, de la prospérité et de la cohabitation pacifique en République Centrafricaine et en Afrique Centrale, que je m’en vais achever mon propos.

Vive le Cameroun,

 

Vivent les relations entre le Cameroun et la République Centrafricaine,

 

Vive la solidarité internationale,

 

Que Dieu vous bénisse tous, et qu'Il bénisse particulièrement la RCA.

 

Je vous remercie de votre aimable attention.

 

Singuila mingui !